< page précédente  page suivante  > 

6. « Aucune colère, sous aucune forme, ni aucun motif, ni aucun prétexte »

Cette résolution, je la prenais chaque matin au lever pendant plus de quinze ans. Le midi et le soir, je faisais un examen de conscience approfondi pour découvrir quand et comment j’aurais pu manquer à cette résolution. Et chaque semaine, je m’accusais en confession de mes manquements, même s’il me fallait me torturer la conscience et me creuser la tête pour les découvrir et dépister. Il n’y avait guère que des “colères intérieures”, mais était-elles vraiment volontaires et consenties ? Quoiqu’il en soit, l’on comprendra que j’ai été “domestiqué” pour ne pas (me) fâcher, que j’ai été “dressé” à l’équanimité. Mais sans l’amour, ce formatage ne sert à rien.

« Amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur, maîtrise de soi »

C’est là le « fruit de l’Esprit » (Ga 5,22-23), bien plus aimable et heureux que le simple refoulement de toute violence. (Je discuterai plus tard de la pertinence des citations et des allusions bibliques que j’emploie). J’espère progresser vers une disposition habituelle infiniment plus honorable que l’impétueuse colère ou que l’insipide non-colère : celle de la douceur qui surmonte toute irritation intérieure et extérieure, celle de l’humilité qui ne veut ni vaincre ni convaincre par orgueil. Bref, devenir « doux et humble de cœur » (cf. Mt 11,29).

< page précédente  page suivante  > 
Page publiée le 23/12/2018
par Christophe Sobottka (“ChSo”)
index : chso.eu  • miroir : chso.fr 
Me contacter : chso@chso.eu
Facebook :
facebook.com/christophe.sobottka